La réflexologie

Qu’est ce que la réflexologie ?

La réflexologie est une technique précise basée sur la régulation du système nerveux autonome. Elle se fonde sur la théorie qu’il existe sur les pieds et les mains, des zones réflexes. Ces zones correspondent à toutes les glandes, tous les organes et toutes les parties du corps.

La réflexologie a pour but de stimuler les capacités d’auto-régulation du corps. En atteignant les organes déficients, elle rééquilibre le système nerveux autonome et rétablit l’homéostasie.

Les techniques utilisées en réflexologie

La réflexologie plantaire

En réflexologie, on part du principe que le pied est la représentation du corps humain.
Toutes les zones sensibles du pieds indiquent un système affaibli.
La réflexologie permet de travailler sur les troubles en profondeur et de maintenir un équilibre fonctionnel. Les zones stimulées seront fonction des pathologies, ce qui rend le soin spécifique à la personne.

La réflexologie palmaire

Comme pour les pieds, les mains sont la représentation du corps humain.
La réflexologie palmaire est conseillée pour l’auto-stimulation ou lorsqu’il existe une contre-indication à la pratique de la réflexologie plantaire.
Elle a une action calmante sur le système neuro-musculo-squelettique et peut agir sur le syndrome du canal carpien.

La réflexologie au fil du temps

Ses origines

Elle revendique plus de 5000 ans d’existence. C’est une technique de pressions destinées à soulager la douleur. Elle trouve ses racines au coeur des anciennes civilisations de Chine, d’Inde et d’Egypte où l’utilisation des points de pression sur les pieds était déjà connue.
Nous retrouvons des représentations de massages de pieds et de mains vieilles de plus de 5000 ans dans les tombes égyptiennes. Dans le tombeau d’Ankhmahor par exemple, on a découvert une fresque dont les hiéroglyphes signifient :

“Ne me fait pas mal” et le praticien répond “Je ferai en sorte que tu me remercies”.

Son étude

En Grande-Bretagne, à la fin du XIXème siècle, les neurologues Henry Head et Mackensie élaborent une théorie nommée “les zones de Head”.

Puis, en 1917, aux États-Unis, le docteur William Fitzgerald (ORL) publie ses découvertes sur la théorie des zones réflexes. Cette publication fait suite à sa découverte qu’une pression exercée sur une partie du pied permet de soulager des zones du corps et que la stimulation de la peau permet une action à distance (appelée arc réflexe).
Il établit alors la “théorie des zones” selon laquelle le corps est divisé en 10 zones égales, 5 zones du côté droit et 5 zones du côté gauche. Ces 10 zones s’étendent du sommet de la tête jusqu’à l’extrémité des orteils.

Ces théories sont à l’origine de la réflexologie plantaire occidentale.

Un peu plus tard, dans les années 1930, Eunice Ingham physiothérapeute américaine, se réfère aux travaux du docteur Fitzgerald. Elle reprend alors sa théorie et l’affine. Elle vérifie l’emplacement de chaque organe sur le pied en travaillant avec des milliers de cas. C’est ainsi qu’elle mit au point une carte pieds/mains détaillée : celle que nous utilisons encore aujourd’hui.
Les différentes méthodes de réflexologie s’appuient sur ses travaux.
Eunice Ingham est considérée comme “la mère de la réflexologie”.

cartographie des pieds établie d’après les études de Eunice Ingham.

De nos jours

L’alliance des techniques issues de la réflexologie moderne associée à l’interprétation de certains marqueurs physiologiques ont donné naissance à une nouvelle approche : la neuro-réflexologie.

À partir de la sollicitation des nerfs rachidiens, de la moelle épinière et de l’action de l’hypothalamus au niveau du système nerveux autonome, le réflexologue agit sur le délicat équilibre entre le système nerveux sympathique et parasympathique et provoque une action immédiate sur le système hormonal.
La neuro-réflexologie, accorde son attention à la restauration du fonctionnement du système nerveux autonome. Par ce biais, elle permet la mise en place de l’homéostasie via la sécrétion de certaines hormones telles que l’acétylcholine, le cortisol, l’adrénaline ou encore la noradrénaline.